L’école comestible, offrir à chaque enfant le droit de comprendre et de goûter à une alimentation vivante

Entretien avec Camille Labro, fondatrice de l’association. 

Bonjour Camille, peux-tu nous parler de la genèse de ton projet associatif ?    

L’école comestible est un projet né en 2019 de la rencontre entre un constat et une conviction. 

Le constat, c’est qu’à l’école, lieu où nos enfants se forment à être des citoyens de demain, l’apprentissage de l’alimentation vivante est quasi absent. La plupart des écoliers ne savent pas comment sont élevés les animaux, comment poussent les légumes, ou comment sont récoltés les fruits. 

Notre conviction, c’est qu’en palliant ce manque, nous leur permettons de comprendre d’où ils viennent, ce qu’ils mangent, la richesse de la biodiversité et les équilibres sur lesquels repose la nature. 

Nous sommes persuadés que renforcer l’éducation alimentaire de nos enfants les aidera à devenir des citoyens conscients et engagés qui seront en mesure d’exiger une agriculture et une alimentation saine et responsable. 

Quelles actions mettez-vous en œuvre pour développer l’éducation alimentaire ? 

Notre terrain de jeu favori c’est la cour des écoles. 

Nous proposons différents programmes destinés aux écoliers des classes de grande section au CM2, conçus autour d’un potager pédagogique dans la cour de récréation. Chaque programme est constitué de 4 à 6 ateliers par an : 3 ateliers “obligatoires” (cagette de saison, goûts et sens, graines et grains) et 1 à 3 ateliers au choix. 

Nous souhaitons concentrer l’intérêt des élèves autour de trois axes thématiques, le végétal, le produit brut et le produit local de saison, et nos activités sont construites à partir de nos produits préférés : les légumes, qui sont souvent ce que les enfants connaissent et aiment le moins. Tout droit sortis des cagettes de saison, nous mettons en lumière les légumes et les aromates souvent boudés par les enfants. Nous leur proposons différents kits pédagogiques leur permettant de découvrir les associations de saveurs, les graines et les grains, les goûts et les essences. Notre conviction – et ce que nous constatons – est qu’en étant impliqués dans la culture, la préparation et la présentation d’un produit, les enfants passent outre leurs aprioris et apprennent à le goûter et à l’apprécier.

Nos programmes sont co-construits avec les professeurs, qui peuvent orienter la formation en fonction du niveau et de l’intérêt de leurs élèves. Nous proposons par exemple un axe multiculturel, avec un travail autour des épices ou des recettes d’ailleurs. Les ateliers bonus permettent quant à eux d’ancrer le travail mené dans la réalité, avec notamment la visite d’exploitations maraîchères bio, vertueuses et de proximité. Ces temps permettent aux enfants de faire le lien entre ce qu’ils mangent et le travail de la terre, mais aussi avec leur activité productive à l’école. 

Images d’ateliers organisés par L’école comestible (source : site internet de L’école comestible)

Nous sommes par ailleurs présents à l’Académie du Climat, un lieu d’information, de formation et d’échange autour des questions climatiques au cœur de Paris, où nous recevons régulièrement des classes ou des groupes d’enfants.

Comment voyez-vous votre développement pour les prochaines années ? 

Depuis 2019, l’École comestible a animé près de 1000 ateliers et sensibilisé 4500 enfants dans 180 classes. D’ici 2025, nous ambitionnons d’embarquer 1500 classes et 100 000 personnes, adultes et enfants confondus. 

Si ce développement est bien sûr progressif, notre équipe est en pleine expansion car nous avons aujourd’hui 3 axes de développement à court et moyen terme : 

  • La priorité reste de continuer à accompagner les écoles, surtout celles des quartiers les plus défavorisés où les enjeux de l’alimentation sont les plus prononcés. Pour cela, nous développons notre présence régionale et notre réseau de référents pédagogiques. Nous avons deux antennes, l’une à Paris et l’autre à Marseille, et sommes en train d’en monter une à Nantes.
  • Nous développons aussi notre action auprès des cantines : en collaborant avec une mairie, nous démarrons un  programme de sensibilisation permettant aux équipes et aux jeunes convives de se sensibiliser aux enjeux liés à l’approvisionnement et à l’alimentation durable. 
  • Enfin, nous réfléchissons à amplifier notre impact en structurant davantage notre activité de plaidoyer, qui nous semble étroitement liée à notre ADN. Nous pensons aussi au lancement d’une activité d’accompagnement d’acteurs professionnels de l’alimentation et la restauration, ce qui nous permettrait de financer la partie non lucrative de nos activités. 

L’avis de Foodbiome 

En recréant le lien avec le vivant au cœur des cours de récréation, L’école comestible crée à hauteur d’enfant les infrastructures de proximité qui feront évoluer la culture alimentaire des jeunes générations. 

En agissant également auprès des cantines et des professionnels, ce sont les différents acteurs de la chaîne qui seront progressivement embarqués dans une culture de l’alimentation vivante.

Un travail associatif qui résonne directement avec notre mission chez FoodBiome et que nous souhaitons voir se développer à grande échelle ! 

Pour en savoir plus sur L’école comestible, allez voir leur site internet !