Local en bocal crée de la valeur et de l’emploi au service des territoires

Entretien avec Charlotte Trossat, fondatrice et gérante de Local en Bocal

Bonjour Charlotte,  peux-tu nous présenter ce que vous faites chez Local en Bocal ?

logo local en bocal
local en bocal

Avec grand plaisir ! Nous sommes une conserverie artisanale basée sur l’Agroparc à côté d’Avignon, et nous transformons les fruits et légumes issus d’écarts de tris ou de surproductions en soupes, compotes, tartinables et légumes cuisinés. Dans le Vaucluse et partout ailleurs, les producteurs font face aux problématiques de calibrages imposés par les industriels et distributeurs, qui n’acceptent par les légumes lorsqu’ils sont trop gros, trop petits, trop mûrs ou qu’ils ont une forme un peu bizarre. Notre rôle c’est de pouvoir valoriser ces produits là qui sont tout à fait consommables, et de lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

Vous prônez des valeurs sociales et environnementales fortes, peux-tu nous en dire un peu plus ?

On aime à dire que nos engagements s’articulent autour de 3 piliers :

  • Le respect de l’environnement à chaque étape de la production : On travaille en 100% bio et 100% local, nos approvisionnements se faisant auprès d’une cinquantaine de producteurs basés entre 30 et 150 km maximum autour de la conserverie. Avec certains d’entre eux, on est même engagés dans la démarche Bio Cohérence, qui va au-delà du label bio et englobe les domaines économiques et sociaux comme la création et le maintien d’emplois locaux par exemple.
Charlotte Trossat et un agriculteur partenaire
Charlotte Trossat et un agriculteur partenaire (source : site de Local en Bocal)

Au-delà des approvisionnements, on veille à être les plus vertueux possible dans nos process de fabrication et de distribution, en économisant un maximum l’eau, en compostant nos déchets organiques et en travaillant à la mutualisation de nos livraisons.

  • L’économie locale : tous nos fruits et légumes sont produits localement, transformés localement et commercialisés localement. On crée de la valeur et de l’emploi sur notre territoire, en renforçant le lien entre agriculteurs, acteurs de l’agroalimentaire et consommateurs.
  • L’emploi : depuis la création de l’entreprise, notre souhait a été de créer de l’emploi. Nous avons toujours tendu la main à des personnes éloignées de l’emploi. Aujourd’hui, nous sommes 20 salariés, dont 3 en situation d’insertion par l’activité économique. On est labellisés Entreprise Solidaire d’Utilité sociale depuis 2019 et entreprise d’Insertion depuis 2021. On travaille également au quotidien pour valoriser la diversité des profils qui nous rejoignent et pour entretenir des relations équitables avec tous nos partenaires. Repenser les rapports humains en entreprise est selon moi essentiel, et on souhaite incarner un modèle plus vertueux, où il fait bon de travailler, où on fait attention à notre impact et dans lequel chacun s’épanouit et se sent en confiance.
équipe local en bocal
L’équipe Local en Bocal (source : site de Local en Bocal)

Peux-tu revenir sur la création du projet et là où vous en êtes aujourd’hui ?

L’aventure a commencé il y a plus de 8 ans maintenant, en 2015, suite à une réflexion que j’ai eu avec mon beau-frère. Il est producteur de légumes dans les Bouches-du-Rhône, et m’a fait comprendre l’absurdité et le gaspillage que représentait le fait d’écarter des produits non standardisés.

J’ai créé notre marque A Côté, et commencé les productions dans un atelier partagé, mais il a vite fallu l’agrandir. Après l’embauche d’une première personne en CDI, on a emménagé sur le MIN d’Avignon où est resté pendant 2 ans. Depuis 2018 on a nos propres locaux de 750 m2 à l’Agroparc près d’Avignon, ce qui nous permet de produire près de 500 000 pots/an, correspondant à pas moins de 200 tonnes de fruits et légumes revalorisés.

 

Au-delà de l’aspect local, quelle approche culinaire adoptez vous pour vos produits ?

Le goût est vraiment l’une de nos priorités. On s’attache à proposer des produits savoureux, en collaboration avec une cuisinière professionnelle, qui réalise des recettes artisanales et simples : le vrai goût des fruits et légumes est simplement rehaussé avec une ou deux épices, du jus de gingembre ou quelques gouttes d’huiles essentielles parfois, mais rien de plus.

Les process de fabrication sont adaptés à chaque type de produit, mais également à chaque nature de fruits ou légumes. Comme on ne travaille qu’en saison, les gammes sont évolutives, et on doit faire preuve de beaucoup de souplesse et d’agilité sur les recettes… C’est à la fois contraignant et stimulant car on doit faire preuve de créativité !

local en bocal
Exemple de produits de la marque A Côté de Local en Bocal (source : page Facebook Local en Bocal)

Ça donne très envie de goûter en tout cas ! Où peut-on retrouver vos produits ?

Aujourd’hui on adresse principalement les magasins : notre marque A Côté est distribuée dans les épiceries fines et magasins bio, et on travaille également en marque blanche pour Monoprix et La Vie Claire. Nos produits sont disponibles au national, principalement dans le Sud Est, en région PACA, et un peu à Lyon et Paris.

On propose également du travail à façon pour des producteurs, qui souhaitent commercialiser en vente directe sous leur propre marque. C’est une façon de leur garantir une conservation d’un maximum de valeur sur le produit fini, tout en facilitant cette étape de transformation qu’ils ne peuvent pas toujours internaliser.

Le segment de la restauration collective nous intéresse beaucoup, mais représente seulement 5% de notre chiffre d’affaires à date. On travaille notamment avec la cuisine centrale d’Avignon sur des produits comme les soupes et les compotes, pour contribuer à leurs 5 000 repas/jour. C’est vraiment un canal de commercialisation qu’on aimerait renforcer dans le futur, mais pour cela on va encore avoir besoin de s’agrandir !

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

On est en train de boucler notre première levée de fonds qu’on fait sur Lita et qui vise à accroître notre capacité de production et créer de nouvelles marques. On commence à être un peu à l’étroit sur notre site d’Avignon, et on souhaiterait pouvoir déménager et doubler nos espaces et notre production d’ici 2 ans. Notre rêve serait d’avoir un bâtiment éco-conçu sur lequel on serait autonomes énergétiquement, et de pouvoir y accoler une ferme en agriculture durable, pour compléter nos approvisionnements sur de l’ultra local et re-valoriser nos coproduits en compost. C’est un projet qui nous anime beaucoup et sur lequel on travaille en ce moment.

 

L’avis de FoodBiome : 

Local en Bocal est un parfait exemple d’un transformateur agroalimentaire ancré dans son territoire, qui joue pleinement son rôle d’intermédiaire et recrée du lien entre l’amont agricole et les consommateurs. Au delà de contribuer à l’économie et à structurer les filières de fruits et légumes locales, cette conserverie offre une solution concrète pour réduire le gaspillage en début de chaîne (près d’⅓ du gaspillage alimentaire intervient dès l’étape de la production agricole selon FNE) et inclut des démarches de circularité jusqu’à la revalorisation des co-produits et la mise en place de la consigne.

Enfin, Local en Bocal est une initiative tout à fait inspirante d’un point de vue social, et nous sommes tout à fait alignés avec leur vision d’une entreprise guidée par le sens et l’impact, qui met un point d’honneur à célébrer la diversité et l’épanouissement de chaque employé.

En savoir plus sur Local en Bocal, consultez leur site internet.

Partagez notre article